Jean-Marie BIDET  - Artiste peintre

À propos

L'art abstrait ou comment montrer des choses qui n'existent pas

Au-delà du visible ...

 

En tant qu'autodidacte, l'envie d'un discours conceptuel ne trouve pas sa place, car mon inspiration est puisée dans le cosmos et la nature.

 

Le spectateur en recherche de vérité y trouvera peut-être un message. Laissez-vous donc guider par le monde vibratoire des couleurs, par les formes, les traces et les structures.

 

Vous pouvez vous inventer des fenêtres, afin d'accéder à d'autres mondes, à d'autres détails plus intimistes.

 

Enfin, la recherche de l'harmonie peut aussi laisser préfigurer une quête.

 

Bon voyage !

 



Jean-Marie Bidet, dialecte pictural

 

Inspirées de l’écriture native de Sumer et des hiéroglyphes, ses œuvres imprimées du passé se transforment sous une vision contemporaine sans perdre leur énergie originelle.

 

Jean-Marie Bidet vit près de Rochefort en Suisse, dans un canton d’horlogers où la gravure fait partie du patrimoine depuis le 18e siècle. Ses gravures, mais aussi ses acryliques sur toile, sur carton ou ses dessins se construisent comme des traces du passé, des poèmes en mouvement. Cette écriture illisible possède son propre rythme musical, sans cesse en évolution. Interprétés à la manière du geste calligraphique, les signes se parcourent comme des sculptures libres d’expression, hors du temps. Indices et repères se perdent pour se charger d’un autre potentiel d’occupation. Il ne se s’agit pas de lire mais de révéler ce qui peut se décrypter.

 

Les derniers travaux de l’artiste retiennent l’essentiel et se débarrassent de l’anecdotique. Ils tendent vers une approche plus minimale et fragmentée où les formes géométriques, en particulier le carré se répète.

« Je suis constamment en recherche de moments plus intimistes. La relation à l’intimité me semble adéquate avec la notion d’espace carré. J’ai le besoin de me retrouver dans une zone maîtrisée, une sorte de refuge en somme (…) C’est une façon de trouver de nouveaux espaces même si parfois le carré revient pour fermer la porte. » 

 

Jean-Marie Bidet sait élargir son champ artistique et renouveler son discours. Il joue des formes et des contrastes pour combattre le vide. Ce dialecte pictural dense peut se passer de codes. Le relief est parfois renforcé par des cartons, des lamelles de papiers collés, froissés. Les tons monochromes ; des couleurs vives et joyeuses, rouges, bleues, jaunes participent à la matérialité. Dans ce jeu sculptural, les mouvements s’épousent, se perdent et se confrontent sous une complémentarité, conférant une force expressive très graphique.

 

Sous ces couches mémorielles du passé et du présent, le geste arpente les volumes et ravive les contrastes. L’enlacement des courbes et l’alternance des segments offrent une impulsion abstraite, émotionnelle et autonome, dérivée de tout sens qui acquiert sa propre dimension. Un réseau inédit de références autant intentionnelles qu’intuitives qui repose sur l’émergence du hasard et de la maîtrise.

« L’abstraction doit être une sorte de quête émotionnelle. Une œuvre est perçue souvent de manière différente, en fonction de notre humeur, de la lumière, etc. »

 

Les œuvres de Jean-Marie Bidet sont des expériences visuelles qui reconstruisent la perception. Elles ont cette volonté de révéler l’importance esthétique du signe-trace. L’équilibre, les espaces interstitiels établissent une hiérarchisation et invitent à la reconsidération des marges et des limites, des présences et des absences. Ce vocabulaire de vides et de pleins s’appréhende selon la perception intime de chacun. Libre à nous de déchiffrer le message…

 

 

Canoline Critiks.